arreter de fumer

Les patchs anti-tabac sont-ils efficaces ?

Pour faciliter le sevrage tabagique, les médecins et chercheurs ont créé des substituts nicotiniques. Il existe aujourd’hui le patch anti-tabac qui permet de réduire sa consommation en diminuant l’effet de manque en nicotine. C’est un système transdermique pratique qui a des avantages et des inconvénients.

Qu’est-ce que le patch anti-tabac ?

Le dispositif transdermique qu’on nomme patch anti-tabac est une dose de nicotine concentrée étalée sur un support en plastique. Le patch est simple à manipuler, car il se colle sur une peau sèche et sans transpiration, idéalement après la douche matinale. Cette partie doit également être dépourvue de poils et ne comporter aucune plaie. Le patch existe en plusieurs gammes qui dépendent du dosage de nicotine souhaité. Il existe par exemple des dispositifs de 7mg de nicotine pour ceux qui ont une faible dépendance, 14mg pour une dépendance moyenne et 21mg delà pour les gros fumeurs.

Le patch permet de réduire l’effet de carence par émission de nicotine dans l’organisme grâce à un système transdermique. Il se porte durant 16 ou 24 heures en fonction du niveau de dépendance. Également appelé timbre, c’est une assistance temporaire qui limite le symptôme de sevrage de nicotine jusqu’à ce que le corps ne réclame plus sa dose quotidienne. Il efface ainsi toute envie de dépendance à la nicotine et est médicalement approuvé.

L’objectif est que la consommation de tabac diminue, avec une possibilité d’arrêter de fumer définitivement en 2 à 6 mois selon les cas.

patch a la nicotine

Le patch a la nicotine

L’avantage est qu’il est facile à utiliser et il n’en faut qu’un seul par jour. On peut l’associer avec la gomme à mâcher ou des comprimés sublinguaux. Par contre, il est préférable de ne pas le décoller, car il se peut que le sujet sente un léger désagrément.

Chez certaines personnes, il peut y avoir des risques de rougeur ou d’allergie.

Le patch qui prépare à l’arrêt du tabac

Ce substitut est surtout destiné aux fumeurs très dépendants. Son utilisation dure 2 semaines pendant lesquels le fumeur peut continuer à fumer, mais il doit réduire la quantité.

Après 2 semaines, il doit totalement arrêter ce substitut en diminuant quotidiennement le dosage. Il faut en général 10 semaines de sevrage pour permettre au fumeur d’en finir avec la cigarette.

Un patch anti-tabac numérique

Le patch ant tabac numérique téléchargeable sur internet n’est pas un moyen pour cesser de fumer, mais pour inciter les fumeurs à consulter un médecin pour un éventuel traitement, cela ressemble à une publicité pour arrêter de fumer.

La ligue des non-fumeurs  indique seulement le meilleur chemin à suivre en incitant le fumeur à remplacer cette substance par autre chose, notamment à supprimer les gestes naturels des fumeurs.

Les sujets qui ont réussi à stopper leur consommation de tabac sont encouragés et félicités par des SMS. Si le patient continue à fumer, la ligue continue à l’encourager sans le blâmer. Elle a pour action de soulager l’angoisse et le mal vivre, d’effacer les réactions de manque du tabac et de renforcer la motivation du sevrage.

Tout sur le traitement et sur le prix

Le traitement dure de 2 à 6 mois, il a pour principal objectif de réduire les doses de nicotine de 21 mg à 5 mg par jour. Il est conseillé par les experts du Ministère de la Santé et est accessible sans ordonnance, mais l’avis d’un médecin est conseillé avant d’entamer une cure. En ajoutant des gommes à mâcher ou des pastilles à sucer, le traitement au patch est un atout majeur pour obtenir les résultats attendus.

1 mois de traitement de 24 heures dosé à 20mg, puis 12mg et 6 mg coûte environ 190 €. Pour ceux qui achètent les patchs en boite de 24, les prix sont estimés entre 61 et 68 €.

Avec un effet de sevrage facile, le patch anti-tabac est un des moyens les plus efficaces pour arrêter de fumer. Ce dispositif transdermique apporte chaque jour la dose de nicotine que le corps réclame. Les gestes machinaux et la dépendance psychologique à la cigarette disparaissent progressivement.

Quels sont les effets positifs du patch ?

Après avoir effectué de nombreux tests, les spécialistes affirment que les patchs sont efficaces pour arrêter de fumer. Si le sujet présente des symptômes qui commencent dès le matin, il faut utiliser le patch de 24h pour obtenir un meilleur résultat.

Comme la gomme et les comprimés, le patch diffuse de la nicotine à l’organisme, mais de façon plus constante et durable. Il a pour action de soulager l’excitabilité, l’envie de manger et de fumer causés par l’arrêt du tabac.

Son avantage réside dans le fait qu’on peut le combiner avec une autre méthode de sevrage comme la gomme ou un microtab de nicotine. Ces techniques de combinaison sont efficaces face au besoin de fumer.

Il existe d’autres méthodes qu’on peut combiner avec ce substitut, ce sont l’homéopathie, l’acupuncture, le laser et l’hypnose. Cette dernière méthode a un effet psychologique pendant le sevrage et la volonté d’arrêter, ce qui décuple l’effet du patch.

Quels sont les effets négatifs ?

Il faut savoir qu’il est rare qu’un patient rencontre des problèmes d’utilisation. Par contre, une allergie causée par la partie adhésive peut se produire, il suffit alors de le changer de place.

Il peut parfois empêcher de dormir la nuit, mais il se peut aussi qu’une insomnie soit provoquée par le manque de nicotine. Lorsque le sujet décide réellement d’arrêter de fumer, il est certain que cette action et l’emploi d’un patch simultané peuvent engendrer une indisposition. Des rougeurs et des démangeaisons sur la partie où il est collé peuvent apparaître, mais Il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Il est possible que cet autocollant médicamenteux provoque une insomnie quand on le porte la nuit. Mais le sommeil s’améliore peu à peu en raison de la disparition des symptômes du sevrage. Si les insomnies persistent, il est préférable de consulter un spécialiste.

Son effet indésirable est généralement minime par rapport à d’autres méthodes de sevrage. Certains effets secondaires existent comme les nausées, les maux de tête et une accélération de la fréquence cardiaque. D’après une enquête récente, un cas sur trois est complètement guéri par ce substitut anti-tabac.

La dépendance physique est le dernier effet indésirable. En recevant de la nicotine, le fumeur ressent moins le manque et s’habitue en diminuant le dosage peu à peu. Cela l’aide à vivre sans nicotine et à pallier sa dépendance psychologique.